Analysis

Published on March 16th, 2012 | by Susi Snyder

0

2012 Nuclear Disarmament Opportuntiies

The first half of 2012 offers two key opportunities for Europe to advance the nuclear disarmament agenda. Le premier semestre 2012 offre deux opportunités clés pour l’Europe, afin de faire progresser l’agenda du désarmement nucléaire.

(French text follows English text)

The first half of 2012 offers two key opportunities for Europe to advance the nuclear disarmament agenda. At the end of April in Vienna, there will be a meeting of States Party to the nuclear Non-proliferation Treaty (NPT). In May, in Chicago, NATO will hold its next summit meeting. Although there are differences in what each of these bodies can provide, each offers an opportunity to advance the global goal of a nuclear weapons free world.

Nuclear Non-proliferation Treaty

The first meeting of States Parties to the NPT will take place in Vienna from 30 April until 11 May. This first meeting will focus on a lot of procedural aspects related to the Review Process, but will also be an opportunity for states to reaffirm their commitment to the 64 point action plan they agreed to in 2010. In 2010 the NPT Review Conference reaffirmed “the unequivocal undertaking of the nuclear-weapon States to accomplish the total elimination of their nuclear arsenals leading to nuclear disarmament, to which all States parties are committed under article VI” . This is the first meeting since that reaffirmation, and provides an opportunity, especially for nuclear weapons states, or countries that have nuclear weapons on their territory, to explain what they have undertaken towards their disarmament obligations.

Indeed, the nuclear weapons states- China, France, Russia, UK and U.S. have an opportunity at this meeting to explain what they have, or have not, done to implement the agreements made two years ago. Especially important for a nuclear weapons free world are the disarmament obligations outlined in the action plan, including to “further diminish the role and significance of nuclear weapons in all military and security concepts, doctrines and policies”. With elections coming here in France in a few weeks, this is a key question that should be asked of all Presidential candidates- What would that candidate do to reduce French reliance on nuclear weapons?

Of course the NPT meeting will also have many discussion about whether or not countries are in compliance with their non-proliferation obligations, and many of those will revolve around both Iran and North Korea. The 2010 NPT affirmed “that all States need to make special efforts to establish the necessary framework to achieve and maintain a world without nuclear weapons”. That of course includes efforts by North Korea to end their nuclear weapons programme and return to the NPT and also efforts by Iran to resolve outstanding questions of compliance with the IAEA.

It does not include the right, of any state, to engage in pre-emptive military attacks on any country with questionable compliance.

It does not include the obligation to end, by force, any peaceful nuclear programmes, in any country.

It does include a responsibility to engage in diplomacy, based on mutual trust, respect and dignity, without preconditions, to ensure that ALL countries are meeting their NPT obligations- both disarmament and non-proliferation.

The coming NPT meeting will examine many of these issues, and civil society bears a responsibility to engage our governments, elected officials, and the media to ensure that the conference is a balanced one, dealing with both disarmament and non-proliferation concerns.

NATO Summit

Just over a week after the NPT meeting on 20-21 May, the 28 NATO heads of state and government will meet in Chicago. One of the key discussion points in advance of the summit is NATO’s Defence and Deterrence Posture Review.

This is a new process for NATO, one that the alliance agreed to undergo during the 2010 Summit in Lisbon. During this Review the Alliance is examining what it means by an “appropriate mix” of missile defence, nuclear and conventional forces. This may be the last opportunity to achieve alliance wide consensus on withdrawing U.S. nuclear weapons from Belgium, Germany, Italy, Turkey and the Netherlands.

While NATO agreed to remain a nuclear alliance as long as nuclear weapons exist, the 2010 Strategic Concept did not indicate that keeping U.S. weapons deployed in Europe was the way forward on this. Since 2009, some NATO governments have repeatedly requested the alliance to change this deployment arrangement. Removing U.S. weapons would also remove several obstacles in getting to a nuclear weapons free world.

Removing U.S. weapons would remove the pre-condition that Russia has put forward on talking about future reductions of the Russian non-strategic (also called tactical or theatre) nuclear arsenal. The Russian arsenal is estimated to be about ten times that of the U.S. arsenal stored in Europe, about 2,000 weapons. Currently, these weapons are not subject to any arms control or disarmament agreement. A withdrawal of U.S. weapons could encourage Russia to come to the table for the next round of negotiations- on all types of weapons, both strategic and non-strategic.

Removing the U.S. weapons would demonstrate that NATO truly is an alliance of democracies, and not merely a military force subject to control of a few states. A report IKV Pax Christi released in early 2011 showed that the majority of NATO members would not object to the removal of these weapons- in fact, after interviewing all 28 members of the alliance, only three (France, Hungary and Lithuania) said they would object. Several parliamentary resolutions, including from the European Parliament have called for the removal of these weapons. If NATO truly is a democratic alliance, the wish of its populations- to withdraw the weapons- must be upheld. The Chicago Summit, and the Defence and Deterrence Posture Review offers an opportunity to do just that.

Conclusion

Both the NPT meeting and the NATO summit offer opportunities to advance a nuclear weapons free world by significantly and outspokenly reducing the reliance on nuclear weapons in security strategies. European states who are NATO members should seize the opportunity of the Defence and Deterrence Posture Review to insist on the removal of U.S. weapons from European territory, and all NPT members should reject the notion of nuclear weapons as security providers and insist on starting negotiations for the nuclear weapons free world they claim to seek.

 

——————————————–

Le premier semestre 2012 offre deux opportunités clés pour l’Europe, afin de faire progresser l’agenda du désarmement nucléaire. Fin avril, à Vienne, se déroulera une rencontre des États parties au Traité de Non-Prolifération nucléaire, le TNP. En mai, à Chicago, l’OTAN tiendra son prochain sommet. Bien qu’il y ait des différences sur ce que chacune de ces deux instances peut apporter, l’une et l’autre sont une occasion de progresser vers la finalité globale : un monde libre d’armes nucléaires.

1. Le Traité de Non-Prolifération nucléaire

La première rencontre des États parties au TNP se déroulera à Vienne, du 30 avril au 11 mai. Cette première encontre se concentrera sur une série d’aspects procéduraux, mentionnés dans le Processus de Révision ; mais ce sera aussi une occasion pour les États de réaffirmer leur engagement quant au plan d’action en 64 points, sur lequel ils se sont mis d’accord en 2010. La Conférence de Révision du TNP de 2010 a réaffirmé : « la mise en oeuvre sans équivoque, par les États détenteurs de l’arme nucléaire, de l’élimination totale de leurs arsenaux nucléaires, conduisant au désarmement nucléaire, auquel ils se sont engagés, au titre de l’article VI du TNP ». Ce sera la première rencontre depuis cette réaffirmation, et voilà une opportunité, spécialement pour les États détenteurs de l’arme nucléaire, ou pour les États qui ont des armes nucléaires sur leur territoire, d’expliquer ce qu’ils ont entrepris pour honorer leurs obligations en matière de désarmement.

Evidemment, les États détenteurs de l’arme nucléaire, Chine, France, Russie, Royaume-Uni et États-Unis, pourront, lors de cette rencontre, exposer ce qu’ils ont, – ou n’ont pas -, fait pour remplir les engagements souscrits deux ans auparavant. Sont spécialement importantes, en vue d’un monde libre d’armes nucléaires, les obligations de désarmement spécifiées dans le plan d’action, qui comportent la diminution progressive « du rôle et de la signification des armes nucléaires dans tous les concepts, doctrines et politiques militaires et de sécurité ». Avec les élections ayant lieu ici en France dans quelques semaines, c’est une question clé qui doit être adressée à tous les candidats à la Présidentielle : Que ferait ce candidat pour réduire le fait pour la France de se reposer sur ses armes nucléaires ?

Bien sûr, la rencontre sur le TNP sera l’occasion de beaucoup de discussions sur le fait de savoir si, oui ou non, les pays se conforment à leurs obligations de non-prolifération ; beaucoup d’entre elles tourneront autour tant de l’Iran que de la Corée du Nord. Le texte du TNP de 2010 affirme que « tous les États ont besoin de faire des efforts spéciaux pour établir l’architecture nécessaire à la mise en place et au maintien d’un monde sans armes nucléaires ». Ceci inclut évidemment les efforts de la Corée du Nord pour mettre un terme à son programme d’armement nucléaire et revenir au TNP, mais aussi les efforts faits par l’Iran pour résoudre les questions en cours de conformité avec l’AIEA.

Ceci n’inclut pas le droit, pour un quelconque pays, d’engager des attaques militaires préventives contre tout pays dont la conformité est douteuse. Ceci n’inclut pas non plus la fin, par la force, de tous les programmes nucléaires pacifiques, dans quelque pays que ce soit.

Cela emporte en revanche une responsabilité de s’engager par une diplomatie, basée sur la confiance mutuelle, le respect et la dignité, sans a priori, pour s’assurer que TOUS les pays honorent leurs obligations quant au TNP, tant en matière de désarmement que de non-prolifération.

La réunion du TNP qui approche examinera beaucoup de ces enjeux ; la société civile porte une responsabilité pour engager nos gouvernements, les élus, et les médias, à garantir que la conférence sera équilibrée, traitant tant des préoccupations de désarmement que de celles de non-prolifération.

2. Le Sommet de l’OTAN

Juste un peu plus d’une semaine après le TNP, les 20 et 21 mai, les 28 chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN se réuniront à Chicago. Un des points clés de la discussion, sur la sellette, est la Révision du Positionnement de l’OTAN sur la Défense et la Dissuasion.

Il s’agit d’un nouveau processus pour l’OTAN, que l’Alliance a convenu d’entreprendre, lors du Sommet de Lisbonne de 2010. Pendant cette Révision, l’Alliance examinera ce que signifie un « mélange approprié » (appropriate mix) de défense par missile, de forces nucléaires et conventionnelles. Ce peut être la dernière opportunité pour mener à son terme le large consensus de l’Alliance en faveur du retrait des armes nucléaires américaines de Belgique, Allemagne, Italie, Turquie et Pays-Bas.

Tandis que l’OTAN a convenu de laisser subsister une Alliance nucléaire aussi longtemps que des armes nucléaires existeraient, le Concept Stratégique de 2010 n’a pas indiqué si le maintien des armes américaines déployées en Europe était le chemin pour progresser sur la question. Or, depuis 2009, certains gouvernements de l’OTAN ont, de manière répétée, demandé à l’Alliance de modifier cet accord de déploiement. Ôter les armes américaines permettrait aussi de supprimer plusieurs obstacles, pour obtenir un monde libre d’armes nucléaires.

Enlever ces armes américaines ferait tomber la condition préalable qu’a posée la Russie, quant à la discussion sur de futures réductions de l’arsenal nucléaire non stratégique russe (aussi appelé tactique ou de théâtre des opérations). L’arsenal russe est estimé se monter à dix fois celui de l’arsenal américain entreposé en Europe, soit environ 2.000 têtes. En fait, ces armes ne sont l’objet d’aucun contrôle, ni accord de désarmement. Un retrait des armes américaines pourrait encourager la Russie à rejoindre la table du prochain round de négociations, portant sur tous types d’armes, stratégiques ou non.

Le retrait des armes américaines démontrerait que l’OTAN est réellement une Alliance de démocraties, et pas seulement une force militaire, affectée à tenir sous contrôle quelques États. Un rapport de Pax Christi IKV, réalisé début 2011, a montré que la majorité des membres de l’OTAN ne ferait pas d’objection au retrait des armes américaines ; en fait, après consultation menée auprès des 28 pays de l’alliance, seuls trois (la France, la Hongrie et la Lituanie) ont dit qu’elles feraient des objections. Plusieurs résolutions parlementaires ont appelé au retrait de ces armes. Si l’OTAN est véritablement une Alliance démocratique, le souhait de ses populations, à savoir le retrait des armes, doit être exaucé. Le Sommet de Chicago, et la Révision du Positionnement de Défense et de Dissuasion, offrent justement l’opportunité pour le faire.

Conclusion

Tant la réunion du TNP que le Sommet de l’OTAN donnent des occasions de progresser vers un monde libre d’armes nucléaires, en amoindrissant significativement et carrément la confiance mise dans les armes nucléaires, comme stratégie de sécurité. Les États européens, membres de l’OTAN, devraient mesurer l’opportunité de la Révision du Positionnement de Défense et de Dissuasion pour insister en faveur du retrait des armes nucléaires du territoire européen. Tous les membres du TNP devraient rejeter la notion d’arme nucléaire, comme étant à même d’assurer la sécurité, et insister sur le démarrage de négociations en faveur du monde libéré des armes nucléaires qu’ils proclament rechercher.

Tags: , , , ,


About the Author

Susi is the project lead for the PAX No Nukes project, she also coordinates the Don’t Bank on the Bomb research and campaign. Read more about Susi here.



Comments are closed.

Back to Top ↑

PAX